Découvrez la distribution de In/Utile : Incorporer 5/6

Posted 3 Jan 2017
Ele-Ali-light1

Qui sont Eléonore Cabrera et Alizée Sourbé ?

Eléonore Cabrera, petit lutin normand, danse depuis ses six ans. Elle commence, paf tac direct, par le Conservatoire de Gisors, sous l’aile de Christine Caradec, et étudie la danse contemporaine et classique, l’histoire de la danse et la notation Laban. Elle poursuit son chemin en intégrant le Conservatoire de Rouen, en sport/études, et obtient un diplôme d’études chorégraphiques et un bac, avec mention très bien s’il vous plaît, en technique de la musique et de la danse. En 2013, elle débarque sur les bords du lac Léman et dans les studios du Ballet Junior de Genève, où elle suit durant trois ans un cursus de formation professionnelle, travaillant le répertoire de chorégraphes de renommée internationale tels que Cindy Van Acker, Hofesh Shechter, Wayne McGregor, Roy Assaf, Sharon Eyal, Barak Marshall ou Jozsef Trefeli. C’est donc au sein du Ballet Junior que Neopost Foofwa déniche cette perle mutine, au caractère franc et enjoué, et lui propose de rejoindre la compagnie pour la création In/Utile : Incorporer. Eléonore est accompagnée, dans son transfuge, par une autre danseuse hypnotique…

Alizée Sourbé nous vient également du grand pays hexagonal qui borde le nôtre, quoique d’une région située plus au sud, et en garde un accent chantant et charmant. Après l’obtention d’une licence Arts des spectacles et d’aptitude technique de la danse jazz à l’université de Bordeaux et un passage au Malandain Ballet Biarritz, elle s’intéresse au travail de Peter Mika, qu’elle rejoint en Espagne pour travailler au sein de sa compagnie CobosMika, et dont elle tire, depuis, une grande inspiration artistique. Elle entre à son tour en septembre 2014 au Ballet Junior de Genève, où à l’instar de sa consœur présentée ci-dessus, elle travaille les oeuvres des grands noms de la danse contemporaine. Choisie par Neopost Foofwa pour intégrer la distribution de In/Utile : Incorporer, elle révèle un cœur grand comme ça (là il faut m’imaginer ouvrant les bras au maximum pour avoir le plus d’espace possible entre les deux mains), une douce sensualité et une immense générosité. Portée par l’amour, Alizée nous en donne beaucoup, tous les jours, et c’est tellement bon.

– syl

Ele-ALi-light2

Photos © Steeve Iuncker

In/Utile : Incorporer

Du 11 au 21 janvier 2017

Association pour la Danse Contemporaine ADC – Genève