COMMUNIQUÉ DU COMITÉ

La compagnie Neopost explique sa fermeture

La compagnie Neopost confirme sa dissolution pour fin décembre 2022, telle qu’approuvée par Assemblée générale extraordinaire en juin 2022. Les derniers mois de travail du chorégraphe et directeur Foofwa d’Imobilité au sein de Neopost sont consacrés à de l’archivage et à la mise à jour du site internet. Ceci afin de laisser une juste et bonne image d’une compagnie qui a compté durant 20 ans dans le paysage chorégraphique et artistique, tant sur le plan suisse qu’à l’international.
Explications.

Fin 2018-début 2019, une danseuse de Neopost a vécu des malaises dans sa relation de travail avec le chorégraphe et directeur de la compagnie. Elle a listé une dizaine de circonstances précises qu’elle avait ressenties comme ambiguës ou gênantes et les a partagées avec l’administratrice de la compagnie qui a immédiatement organisé une médiation interne autour de ces faits. Il y a eu discussion, excuses de la part du chorégraphe et rédaction d’accords de comportements réglant plus précisément les relations de travail de l’interprète et du chorégraphe dans le futur, en prenant en compte la sensibilité de la danseuse.
A la suite de cette médiation, plus aucune circonstance perçue comme inappropriée n’a été relevée.

En décembre 2021, la danseuse a toutefois ressenti le besoin de signaler au comité de la compagnie la teneur des moments de malaise qui avaient donné lieu à une médiation en 2019. Prenant très au sérieux cette nécessité d’une employée de lui signaler une souffrance vécue trois ans plus tôt, le comité a immédiatement diligenté une enquête externe auprès d’un cabinet spécialisé. Onze personnes liées à la vie de la compagnie ont été entendues par l’enquêtrice. Les conclusions de l’enquête, rendues début mars 2022, ont révélé qu’une petite partie des faits incriminés était certes constitutive de harcèlement sexuel sur la place de travail au sens de la Loi sur l’Egalité entre femmes et hommes, mais que le comportement fautif du chorégraphe revêtait un degré de gravité modéré et que pour le surplus les autres actes relevaient de la maladresse. Aucun dysfonctionnement systémique n’a été relevé. Quant aux accusations de harcèlement moral également formulées par la danseuse à l’encontre du chorégraphe, elles ont été considérées comme non établies.
A signaler qu’avant l’enquête, la danseuse avait exprimé son souhait de quitter la Compagnie afin de créer sa propre structure.

En résumé : ensuite du signalement de malaises, il y a eu enquête externe et résolution du conflit à l’interne, à la satisfaction des deux parties concernées ainsi que du Syndicat Suisse Romand du Spectacle (SSRS).

Le comité de la compagnie a suivi toutes les recommandations de l’enquête, premièrement envers la victime, deuxièmement envers le mis en cause, et enfin quant à l’avenir de la Cie :

  • – un accompagnement de la danseuse dans son désir de quitter la compagnie, en lui assurant les mois de salaire faisant le pont jusqu’à son droit au chômage ;
  • – le transfert à sa compagnie nouvellement créée d’une performance dont elle était responsable chez Neopost ;
  • – des sanctions administratives internes adressées au chorégraphe ;
  • – une réorganisation hiérarchique de la compagnie ;
  • – un projet de mise en place de séances régulières portant sur la sensibilisation à la santé au travail pour tous les membres de la compagnie ;
  • – l’engagement d’une personne de confiance.

Durant ces trois mois d’enquête et à sa suite, la plupart des activités de Neopost ont été interrompues ; Foofwa d’Imobilité étant en arrêt maladie, les tournées 2022 ont été reportées ou annulées

Dès réception des conclusions de l’enquête et la mise en place des recommandations, le comité de Neopost a informé les autorités subventionnant régulièrement la compagnie de cette situation (Ville de Genève – Etat de Genève – Pro Helvetia – une structure de programmation régionale). Celles-ci ont salué le travail du comité qui, face à un conflit interne, a réagi rapidement par le moyen d’une enquête externe, pris des décisions claires, puis informé les différents partenaires de la compagnie. Les subventionneurs ont entendu la position du comité, à savoir l’application d’une tolérance zéro (tout signalement de harcèlement moral ou sexuel est immédiatement pris en considération et traité) et le respect du principe de la proportionnalité dans les sanctions prises envers le mis en cause, sur la base des faits établis et qualifiés par l’organe d’enquête.

Cependant, bien qu’initialement envisagé, le maintien de la compagnie, trop fragilisée par quantité de rumeurs erronées accompagnées de stigmatisations, s’est vite avéré impossible. Ces circonstances conflictuelles et complexes ont en effet infligé une secousse énorme à une petite structure. Le comité et le chorégraphe ont donc conjointement décidé en avril 2022 de cesser les activités de Neopost. En accord avec la Ville et l’Etat de Genève, le solde du soutien financier déjà distribuée pour 2022 a été réaffecté pour assurer les indemnités et les salaires dus aux collaborateur·ices de la compagnie dans une perspective de dissolution, et pour permettre l’archivage de la compagnie.

La fermeture de la compagnie doit aussi permettre à Foofwa d’Imobilité, ébranlé et remis en question par cette situation ainsi que par les souffrances qu’elle a engendrées, de repenser ses activités en profondeur dans la perspective de nouveaux projets créatifs.

Le comité de l’Association Cie Neopost

(La position du comité était de ne pas rendre publics

les détails de ce conflit du travail

et de sa résolution à l’interne.

Le présent communiqué fait suite à une médiatisation

qui n’est pas de son fait.)

19.10.2022

Contact:   comite@foofwa.com