PAS DE CÔTÉ


2022

16 Dec
Open End 11
Cimetière des Rois (quartier E7)
Genève 12h-14h - qu'il vente, pleuve, neige ou soleille

23 Dec
Open End 12
Cimetière des Rois (quartier E7)
Genève 12h-14h - qu'il vente, pleuve, neige ou soleille

 

est une oeuvre

performativo-rituelle

et

évolutive

faisant partie de l’exposition

Open End 2 « RENÉGOCIATIONS ».

Open End est une installation artistique qui utilise le cimetière comme base de réflexion sur l’évolution de nos sociétés. Après une première édition consacrée à revisiter les rituels (2016-2017), la seconde édition , du 15 septembre au 31 janvier 2023,  propose d’utiliser le cimetière pour parler du futur.

.

.

Le danseur-chorégraphe genevois Foofwa d’Imobilité vit un moment de transition dans sa vie qui détermine la dissolution prochaine de sa compagnie. Sa mère Beatriz Consuelo, morte il y a 10 ans et elle-même danseuse étoile et pédagogue renommée, vient d’être inhumée au Cimetière des Rois, là où sont enterrées des personnalités ayant contribué à la renommée de Genève.  L’artiste-danseur choisit de l’accompagner pour la durée de l’exposition en installant à ses côtés un rectangle de tapis de danse en linoléum à 15 cm en dessous du niveau de la terre. Ce tombeau-scène est le lieu où il se recueille et danse certains jours pendant les mois de l’exposition, prétexte à un déploiement plus large de réflexions et créations connexes (blog-note, vidéos, réflexions, etc.):

Dans la grande majorité du temps, cet espace demeure vide, exposé en tant que et pour lui-même . Dans les mots de Luca Delpieri, Foofwa « installe un espace de travail vide, une page blanche, un potentiel à venir. En décidant de suspendre cet espace dans cette même neutralité et de l’exposer tel quel sans l’investir d’un contenu ou d’une signification particulière, Foofwa instaure une atmosphère d’attente et de spéculation. Cet espace devient alors la métonymie d’un espace métaphysique pur, le lieu d’une spéculation indéfinie, le scandale provocateur d’une pure absence. C’est par un pas de côté suspensif que Foofwa prend de la distance par rapport à cet espace de la négativité féconde, de la nonaction, du non-être, en en faisant l’objet d’une contemplation aussi résignée qu’apaisée. »

.

.

BLOG-NOTES

.

Photo et montage Xavier Sprungli

16.09.2022 Vendredi ~14h10†14h40 Seul – Visiteur*ices par hasard & Xavier Sprungli photographie Être-ici-présent évocation ma mère se tapotait la nuque juste avant d’entrer sur scène Être-ici-présent évocation Ernest Ansermet Petrouchka ma mère dansait le rôle titre féminin Être-ici-présent construction imaginaire dôme de protection autour de l’espace pas de côté et tombe de ma mère Être-ici-présent invocation éléments et énergies environnantes

Avec Ava Isadora, ma fille, née 11 jours après le décès de ma mère – Pas de spectateur*ices visibles mais il n’est pas exclu que des gens nous aient vues de loin ou depuis les fenêtres et balcons des immeubles surplombant le cimetière 17.09.22 Samedi ~10h†10h30 Ava fait une petite danse spontanée sur la mini-scène puis nous lisons les deux premiers chapitres de la biographie sur ma mère « Née sous une bonne étoile » de Benjamin Chaix – Symbole fort que cela soit la première personne qui m’accompagne sur cette scène aux côtés de ma mère

.

18.09.22 Dimanche Poème numéro 1

.

.

Maman taire

Mam en terre

Si me taire des Rois

Cimeterre des Reines?

Cime-tiers des Etoiles!

Pas de deux solitaire

Pas de dieu seule en terre

Pas de dieu de dieu

Pas

Du côté des déesses

Déesse Macarabesque

Danse macambré

Déhanché macabracadabra

Foofwa de Mortalité

.

.

19.09.22 Lundi ~12h10†12h50 Seul – Spectateur*ices de hasard mais reconnu Vincent Dubois . . . Porté le costume de la pièce ‘Benjamin de Bouillis’, une veste Prada que ma mère m’avait offert deux fois! Invocations lamentations Jeux d’ombre et de lumière pull noir masquant le visage pull noir retombant à répétition comme un corps inerte

J’interromps ma solitaire danse de recueil du mardi 38 minutes entre midi et 13h lorsque deux personnes m’interpellent pour me demander si je fais partie de l’exposition; nous discutons sympathique cinq minutes

.

.

.

21.sept.22 Réflexions 

OEUVRE VIVANTE ÉVOLUTIVE

CHAQUE JOUR ce MOMENT ENTRE TRAVAIL-CRÉATION et RITUEL-DANSE

TOUJOURS ÊTRE VRAI INTÈGRE JUSTE

LE FAIRE POUR MA MÈR-MOI-RE en PARTAGE avec le MONDE

NE PAS SE PERDRETOURNER dans la RELATION SPECTACULAIRE TRADITIONNELLE

PRENDRE le TEMPS  pour que CHAQUE CHOSE ARRIVIVE OUBLIER le TEMPS TRADITIONNEL du SPECTACLE .

.

.

première self-vidéo 22.sept.22

23.sept.22 résumé de semaine structure 5 parties 12H30-14H10 RITUELLE A. une arrivée et un artrangement de mes affaires de manière très posée et rituelle RITUELLE B. agenouillé recueil et observation de la tombe de ma mère détails poussière éléments curieux et arroser les fleurs RITUELLE C. balayer et chiffon humide le tombeau-scène RITUELLE A.4 danse du ciel et de la terre brallers et vertèbretours verticaux dansepri(m)ères de l’espace du tombeau-scène MARCHEDANSE FUNÈBRE se déplacer dans l’espace plus large du quartier du cimetière autour de l’oeuvre-tombeau DORMEUREUSE B.1 s’allonger au milieu du tombeau-scène dans un sac de couchage (se) reposer yeux fermés et changer peu à peu de costumes à l’intérieur du sacocon de coucouchage ELLEGANCE C.1 danse librement néo-classique de la Veste Prada et du Collant Noir

24-25.sept.22 premier jet d’un collage vidéo autour du projet que j’intitule pour l’instant ICI REPOSE TOI

SEMAINE 2: 26-30.sept.22 Essais en préparation et pendant les recueils autour de l’attention de la section RITUELLE: la main comme antenne entre l’intérieur et le monde, les jambes comme tronc, la prière comme absolution du corps terrestre, etc. 

Délogé du monticule de terre de la tombe de ma mère

quelques débris d’os

pas les siens et apparemment il y en a beaucoup dès qu’on creuse

car le cimetière est une ancienne fosse commune sauf erreur… 

Semaine de pluie

Comment vais-je pouvoir continuer à danser

avec le froid

la pluie

et la neige quand elle tombera

.

01-02.10.22 Samedimanche Poème numéro 2

La Petite Ourse STèLAIRE

Noemi Jorge Grisélidis Jean Naftule et Mam en terre

Tombeauscène

Anthroposcène

 VIVotive ÉVOeuvre LUTIVante

Artrangement des élémaman

Ritu elle danse brallers et vertèbretours

Pri(m)ères génuréflexions

en MÈRMOIRE

Marcherche funêbtre

MOI TWOMB TOI

ellegance funêbtre

ICI REPOSE TOI

Dormeureuse funêbtre

ICI REPAUSE

des cendres

descendre

dans le sacocon de coucouchâge

Photo de Nathalie Mastail Hirosawa

SEMAINE 3: 03-07.oct.22 lundi décidé de travailler une section ou un aspect par jour * mardi un couple de jeunes étudiant*es colombien*nes m’ont posé des questions sur la nature de mes actions iels étaient resté*es une demi-heure à me regarder * mercredi des gens marchent ou dansent sur la scène quand je n’y suis pas je vois les traces et Nathalie Mastail Hirosawa que je rencontre le lendemain ‘avoue’ avoir tourner sur la scène * jeudi très déprimé j’ai juste dormi une quinzaine de minutes sur la tombeauscène et Nathalie Mastail Hirosawa me chope en photo en plein somme réparateur pour mon mal au coeur ce moment où j’étais là un peu sous terre mais ailleurs dans la petite mort du sommeil vendredi pour la première fois deux personnes sont venues exprès au rendez-vous du VENDREDI SAIN (VEN.SAIN) en restant plus d’une heure et en me donnant des courts retours sur ce qu’elles ont vu

Photo Nathalie Mastail-Hirosawa

SEMAINE 4: 10-14.oct.22 une semaine où il m’a été impossible émotionnellement et pratiquement de faire les JOURNALprIÈRES * le VEN.SAIN m’a touché car quelque chose de très particulier commence à émerger * plusieurs réalisations > 1. le réel irrigue totalement cet ouvrage artistique: ça se passe dans un vrai cimetière, à l’adresse et en référence à une vraie morte; le message est réellement intimiste et personnel; les danses sont poreuses aux réalités intérieures et environnantes (trouver de manière authentique le bon endroit, le bon moment); la volonté de faire quelque chose s’allie aux contingences du réel

* « nettoyer la scène soi-même, ça rend humble; nettoyer sa propre tombe imaginaire, ça rend humble »

* « tant qu’on est vivant, il faut être physique »

SEMAINE 5: 17-21.oct.22 impossible de se concentrer chaque jour sur ce projet – je dois finir mes tâches (dont l’archivage du site) liées à la dissolution de la compagnie – je décide de remettre les JOURNALprIÈRES à janvier quand j’aurai l’espace et le temps en moi pour m’y consacrer pleinement – un article dans la presse finit ainsi: « Après une dernière performance, intitulée «Pas de côté», ce 21 octobre au cimetière des Rois, Neopost cessera ses activités au 31 décembre 2022. »  – le Ven.Sain porte ce sentiment imaginaire de dernier spectacle et influence ma façon de danser – pas très fier de ma performance comme si je me perdais et oubliais le lien avec ma mère à certains moments – a postériori je sais que c’est une étape du travail et du développement de l’oeuvre

SEMAINE 6: 24-28.oct.22 vacances avec ma fille – je travaille à ce projet en jachère…

SEMAINE 7: 31.oct-4.nov.22 

Article sur francetvinfo: « Enfin, il y a aussi des arts vivants : tous les jours, à une heure qui peut varier, un danseur suisse, Frédéric Gafner, alias « Foofwa d’Imobilité », vient utiliser le parquet de danse qu’il a installé près de la tombe de sa mère. Soit il répète, soit il fait du yoga. « C’est déroutant. C’est toute la symbolique qui perturbe profondément », glisse une passante. « C’est assez particulier », s’étonne une autre. Pour d’autres, « c’est très instructif ». »

Ven.Sain du 4 novembre: il pleut pendant les 2 heures de mon récueil dansé – fabuleuse expérience de danser sous cette pluie de 9 degrés avec les feuilles des arbres qui tombent à chaque rafale de vent tout autour de moi.

SEMAINE 8: Ven.Sain du 11 novembre

Lors de la section ELLEGANCE un homme accompagné d’un chat noir sur l’épaule arrive et filme ce moment dans les rayons du soleil!!!

SEMAINE 9: Ven.Sain du 18 novembre

Réussi à être totalement dans ma bulle, transporté, inspiré, même lors des préparations et les changements, libre dans ma façon de prendre un objet, de chercher en direct, d’expérimenter (très ‘trial and error’)

debout dans mon sacocon de coucouchage et que des visiteureuses me parlent et que s’installe une discussion surréaliste

la terre le cimeterre rentre chaque semaine un peu plus dans interstices de plante de pied et sous mes ongles orteils

Videos