historicité

 

variations chorégraphiées

 

autobio-chorégraphique

 

descendansce 1.3 / Danse dans le Temps et l’Espace Publics 2000

Solo extrait d’un Essai autobio-chorégraphique sur l’historicité du corps-en-scène.

descendansce 1.3 / Danse dans le Temps et l’Espace Publics est une des investigations de descendansce , pièce autobio-chorégraphique sur l’historicité du corps-en-scène: ici je me concentre sur le passage de l’oeuvre d’art de la scène dans l’espace public. Le texte écrit par moi-même et lu par Mikhaïl Baryshnikov est une série de six exercices humoristiquement sérieux demandant à l’exécutant et au public de réagir l’un à l’autre. La base chorégraphique et musicale est la variation de James dans ‘La Sylphide’ de Bournonville, que j’ai dansée dans des concours quand j’avais 16 ans. J’en extrait des variations chorégraphiées par moi-même en fonction des exercices du texte.
Foofwa d’Imobilité

Photos / Videos

Photos : Fred Rüegg

Presse

'Memorandum' divise la public et l'Alhambra joue avec Foofwa

Tribune de Genève
«(…) Le danseur affirme alors une présence et une spontanéité qui lui gagnent bien des coeurs.»

By Benjamin Chaix
DANSE Les deux premières du week-end Bâtie n’ont pas fait l’unanimité.
[…]
Histoires de famille
Autre lieu, autre tribu, au Théâtre de l’Alhambra avec le projet ‘descendansce’ de Foofwa d’Imobilité, autrement dit Frédéric Gafner. Ici, un danseur classique passé au moderne se met en scène au cours d’un programme en plusieurs tableaux inégaux. Raccrochons-nous au plus saisissant, qui est aussi le plus simple. On y voit Foofwa d’Imobilité, magnifique danseur de 30 ans, évoluant devant la caméra numérique tenue par son père Claude Gafner. Chaque image fixée par le photographe s’affiche quelques secondes sur grand écran en fond de scène. Sauts et attitudes diverses restent ainsi suspendus dans le temps et dans l’espace, sublimes.
Avant d’en arriver là, il faut suivre ‘Frédéric Consuelo Gafner, danseur généalogique’ à travers les méandres de son imagination très ludique. D’insolites ‘leçons’ de Mikhaïl Baryshnikokv (dites par le célèbre Russe) permettent à Foofwa de jouer avec le public. Les réactions de celui-ci sont sollicitées à plusieurs reprises. Le danseur affirme alors une présence et une spontanéité qui lui gagnent bien des coeurs.
Vient le moment de la scène avec Mamandame Consuelo. Les regards, plus encore que les gestes, échangés entre la mère et son fils, font de ce moment une émouvante rencontre, peut-être unique dans les annales de la danse. Il n’en demeure pas moins que cette longue soirée, avec ses atours audiovisuels (moins envahissants que chez Dumb Type), reste en équilibre entre immodestie désarmante et trop-plein d’idées souvent obscures.

Foofwa le danseur terrible

Tanz-Danse
«(…) Foofwa d’Imobilité en déconcerte plus d’un, ce merveilleux danseur qui pense plus qu’il ne danse.»

> read more (pdf)

Frédéric Consuelo Gafner, étoile de la danse, rend hommage à sa galaxie

Le Temps
«Dans ‘descendansce’, spectacle généreux sur la transmission de la danse de génération en génération, le danseur genevois met en scène ses parents et (…).»

> read more (pdf)

Crédits

Chorégraphie, texte et vidéo Foofwa d’Imobilité
Sur scène Foofwa dit Mobilité et un invité qui joue son père et sa mère
Voix Mikhaïl Baryshnikov
Création lumières Marc Gaillard
Costumes Suzanne Gallo en mémoire
Durée 30 min
Coproduction La Bâtie-Festival de Genève, Neopost Foofwa
Neopost Foofwa bénéficie d’un soutien conjoint de la Ville de Genève, de l’Etat de Genève et de Pro Helvetia.

En savoir plus

Il est possible
que ceci vous intéresse aussi