L'être tel quel

 

Dans le Temps et l'Espace

 

Publics

 

 

Naked.Dancewalk 2015

Avec le Body & Freedom Festival, c’est la première fois, et ceci au niveau mondial, qu’un festival de performances thématise exclusivement le sujet de la nudité dans l’espace urbain. Une autorisation de police a été élaborée : elle respecte, d’une part, la liberté artistique stipulée dans la Constitution et la loi, et d’autre part, elle assure le respect de l’ordre public ainsi que de la sécurité du trafic. 

Le travail organisationnel de Thomas Zollinger fait écho au désir de Foofwa de développer une « dancewalk » nue, de confronter la performance dans l’espace urbain avec la nudité la plus totale.

Deux variations ont été expérimentées :

– une dancewalk totalement libre de mouvements pré-établis sur la Place Centrale de Bienne : c’est « Naked.Dancewalk », vendredi de 13 à 14 heures;

– une série de 12 performances moins lié à la marche qu’au contexte urbain et potentiel métaphorique de chaque espace exploré : c’est « Naked-Bienne 01-12», samedi de 11 à 17 heures.

À l’occasion des entrainements de la 100km.dancewalk, Foofwa a écrit 3 poèmes en forme de dancewalk.

Notes :

L’art vivant nu dans l’espace et le temps public, et plus particulièrement dans un contexte urbain, permet de pousser certaines notions à l’extrême : les notions de « mise à nu moral », de vérité/authenticité, d’exposition de l’être tel quel, du degré zéro de l’être.

Découvrir en tant que voir enfin la simplicité de l’être mais aussi enlever ce qui couvre. Dévoiler en tant que ôter ce qui garde secret ou tabou et permettre la visibilité mais aussi exposer aux yeux de tous. Se dénuder : « Il n’y a rien d’autre que cela ».

La nudité en tant que vêtement de grâce. Accéder à une autre connaissance de l’être.

La nudité en tant qu’évènement et non pas en tant qu’état. 

Le cul, l’anus pas loin, le sexe dehors, et tous les possibles défauts que les vêtements cachent – la corporéité nue.

La nudité permet de voir des détails anatomiques et des détails chorégraphiques très fins. 

La découverte du revêtement : les pieds, la peau sur et contre le revêtement urbain ; le lien à la terre en dessous, à l’herbe qui pousse à travers les craquelures du béton, du ciment, de l’asphalte, du macadam.

Saletés objets perdus, propreté urbaine et le lien avec le corps nu en tant que chose sale ou propre…

La question de l’esthétique et de la plastique est encore plus intense avec un corps nu alors que la bienséance demande de se vêtir à cet endroit.

La réalité des réactions, principalement derrière un objectif de caméra, un écran de téléphone portable.

La nudité publique est forcément anachronique, elle pose encore plus la question de ce qui est normal et naturel : vêtements et habillages ou être comme à la naissance.

Conscience d’être complètement nu, face au jugement de tout autre. La question du regard des autres encore plus prégnante, possiblement lourde. 

Essayer de retrouver la candeur, l’innocence des enfants face à la nudité sans nier le fait que nous sommes des adultes sexués/sexuels.

Presse

Le Matin Dimanche
A Bienne, le festival du nu était plutôt ennuyeux

Durant deux jours, le centre-ville piétonnier de Bienne a été le lieu de performances basées sur un concept simple: la nudité. Une importante frénésie d’appareils photos et de caméras n’a pas pour autant réussi à constater autre chose qu’une certaine banalité théâtrale, à quelques exceptions près.

TDG - Tribune de Genève
Des artistes en tenue d'Adam au centre de Bienne

La Ville de Bienne a été vendredi le théâtre d’une performance artistique un peu particulière: le festival de la nudité. Des troupes et des personnes seules se sont produites dans le plus simple appareil dans les zones piétonnes de la cité bilingue.

SWI - swissinfo
Swiss embrace public nudity for art’s sake

Walking through the Swiss city of Biel on a sunny afternoon, everything is as normal. A crowd has gathered around a street performer – except – this performer doesn’t have any clothes on. And he’s not alone: for two days the city is staging the world’s first urban naked art festival.

Le Matin
Le festival de la nudité a débuté à Bienne

Sur les 18 troupes professionnelles invitées à Bienne au festival «Body and Freedom» qui se déroule aujourd’hui et demain, six se sont dénudées au coup d’envoi, à 13 heures.

Crédits

Naked.Dancewalk
Concept & performance Foofwa d’Imobilité
Production Neopost Foofwa
Une collaboration avec Body & Freedom Festival – Bienne 2015
Neopost Foofwa bénéficie d’un soutien conjoint pour la période 2015-17 de la Ville de Genève, de la République et du Canton de Genève et de Pro Helvetia-Fondation suisse pour la culture.

En savoir plus

openFoof

IMG_0957

Poem.Dancewalk

Il est possible
que ceci vous intéresse aussi