Dancewalk 2024: Analyse


Analyse simultanément pratique et théorique du passage de la marche à la danse

A l’occasion d’un documentaire sonore « Danser sur les marches », projet de master 1 création documentaire à Angoulême de Mathilde Beauducel *

⚠️ Rafraîchir la page ⚠️ Mises à jour fréquentes ⚠️

Photo Gregory Batardon

.

Qu’est-ce que la DANCEWALK ? –> voir la page explicative 

.

Une analyse en deux temps trois espaces

Premier temps / deux espaces

Jour du 21 janvier: ATELIER DE DANCEWALK A 600 KM DE DISTANCE

Deux pratiques de dancewalk simultanées, performées par Mathilde et Foofwa dans leur ville de résidence, Angoulême et Genève. Au téléphone, les deux conversent sur le passage de la marche à la danse, en l’analysant à chaud pendant que ce passage est effectué. Chacun, chacune enregistre avec leur appareil les sons de leur pratique analysée.

Alors que Mathilde et Foofwa sont séparées par 600 kilomètres, le téléphone permet à la fois une proximité dans le dialogue, presque une intimité sonore (oreilles-écoute et bouches-paroles), tout en laissant aux deux dancewalkeureuses la liberté de mouvement: bouger, se déplacer indépendamment l’un*e de l’autre. à la vitesse et à l’endroit qui leur est nécessaire.

Ce premier temps permet de se concentrer sur l’analyse théorique et pratique avec une attention particulière sur les détails, dans une atmosphère d’atelier pédagogique et sans la pression de la performance. Tous ces sons enregistrés – paroles, conversations, bruits de corps en mouvement, en déplacement, rythmes des foulées, sons environnants – formeront des documents sonores bruts que Mathilde pourra ensuite utiliser, couper, monter pour son projet.

Deuxième temps / troisième espace

Nuit du 27 et 28 janvier: 54 KILOMETRES DE MARCHE-DANSE

Lors de la Marche de nuit entre Paris-Versailles et Mantes-la-Jolie de 54 kilomètres *, Foofwa a analysé le passage de la marche à la danse tout en dancewalkant l’ensemble des 54 kilomètres. Les  impressions immédiates de Foofwa ont été recueillies et enregistrées avec un dispositif micro pour Mathilde Beauducel, qui de son côté a enregistré ces remarques puisqu’elle a aussi marché l’entièreté de cette manifestation nocturne conviviale et sans classement.

La nuit a rendu l’écoute intérieure de chacune des manifestations du passage de la marche à la danse plus assidue. Mais c’est surtout l’expérience de l’intense préparation et des réflexions autour de ce défi sans égal qui sont en train d’être analysés – encore en ces premiers jours de février – et qui L’expérience des années de pratique de la Dancewalk permet un compte-rendu au plus proche des sensations. Ce deuxième temps du projet se concentrera sur l’aspect performatif, voire spectaculaire de la marche-danse, tout en donnant vie aux ressentis intérieurs du marche-danseur. L’enregistrement de ce témoignage que l’on espère révélateur permettra à Mathilde de compléter son documentaire.

l’aspect performatif, voire spectaculaire de la marche-danse


Détail d’une photo de Véronique de la Devèze 

*

Extraits de la note d’intention pour « Danser sur les marches » de Mathilde Beauducel:

Une marche nocturne de 54 km en plein hiver que chaque génération de ma famille a faite comme un rite initiatique. Pour certains, une fois. Pour d’autres plus de vingt fois comme s’ils y trouvaient là quelque chose d’unique. Le premier à l’avoir expérimentée c’est Bob, mon arrière-grand-père, en 1970. Après lui, c’est quatre générations de marcheurs qui suivent sa trace sur le Paris-Mantes. Cette année, c’est à mon tour de m’élancer sur cette route. Je serai la première de ma génération.

(…)

Danser sur les marches est donc une façon de proposer un regard personnel sur la marche.

(…)

Dans ce documentaire de 50 minutes, à travers les 54 km de marche nocturne du Paris-Mantes et les échanges que j’ai eu avec différents marcheurs, je cherche à rendre compte de la sensation de légèreté qu’offre la marche et qui a le pouvoir de mener à des états d’exaltation pouvant se rapprocher d’un état de transe. (…) un plongeon vers l’intérieur de soi et, dans le même temps, une ouverture sur le reste comme sortie ou oubli de soi.

(…)

De la marche vers la danse, ce documentaire sonore aura pour but de questionner leurs rapports. Comment un acte naturel comme celui-ci peut-il se charger d’une force vitale capable d’entraîner création et mise en mouvement de la pensée  ? Quelles sont les corrélations entre marche et danse  ? En quoi ces deux pratiques sont-elles finalement profondément liées par la puissance du mouvement et du rythme  ?

Pour répondre à toutes ces questions et développer ce propos, je partirai à la rencontre de marcheurs, scientifiques et danseurs pour échanger sur leur rapport à la marche et ce qu’ils perçoivent de sa « musicalité »…

Videos

Galerie

Dates passées

28 Jan 2024
Paris-Versailles-Mantes de la marche à la danse
Paris-Versaille-Mantes
Nuit: de minuit au petit matin

.

Lors de la Marche de nuit entre Paris-Versailles et Mantes-la-Jolie, Foofwa analyse le passage de la marche à la danse tout en dancewalkant l’ensemble des 54 kilomètres. Les  impressions en direct de Foofwa sont recueillies et enregistrées en direct par Mathilde Beauducel.

Ce deuxième temps se concentrera plus sur l’aspect performatif, spectaculaire de la marche-danse mais aussi les ressentis intérieurs du marche-danseur.

.

21 Jan 2024
Pratiques analysées et simultanées entre Genève et Angoulême
Simultanément à Genève et Angoulême
En journée

.

Deux pratiques de dancewalk simultanées, performées par Mathilde Beauducel et Foofwa dans leurs villes respectives de résidence, Angoulême et Genève. Au téléphone, les deux conversent sur le passage de la marche à la danse, en l’analysant à chaud pendant que ce passage est pratiqué. Chacun chacune enregistre avec leur appareil les sons de leur pratique analysée.

Ce premier temps a permis de se concentrer sur l’analyse théorique et pratique avec une attention particulière sur les détails, dans une atmosphère d’atelier pédagogique et sans la pression de la performance.

.