un corps dansant

 

chantant, parlant

 

expliquant, déconnant

Histoires Condansées


2011

Entre conférence dansée et one-man-show spectaculaire, entre pédagogie et performance, ce spectacle est avant tout une incarnation singulière, par le geste et le verbe, des aventures chorégraphiques de la modernité. Baigné dans la lumière de Jonathan O’Hear que deux techniciens activent sur scène, Foofwa d’Imobilité aborde de façon personnelle, ludique et empirique les grands courants qui traversent la danse contemporaine.

Pendant près de deux heures, que la plupart des spectateurs ne sentent pas passer, Foofwa incarne un corps dansant, chantant, parlant, expliquant, déconnant les histoires de la danse. Il utilise l’humour et le décalage pour faire passer des informations sérieuses ; il improvise pour mettre en lumière la magie du spectacle vivant ; il prête son corps de manière consciencieuse aux multiples interprétations chorégraphiques ; il souligne les différences entre les corporalités diverses de la danse ; il chante lui-même la musique, décrit les costumes et les décors pour laisser le spectateur imaginer le passé.

Le pari de ce spectacle est de pouvoir intéresser autant les néophytes et les jeunes générations n’ayant aucune connaissance de l’histoire de la danse que les connaisseurs et professionnels de l’art chorégraphique. Et de démontrer que les cours d’Histoire peuvent être vivants, vivifiants.

Videos

Crédits

Histoires Condansées
One-man-show chorégraphique et pédagogique sur certaines histoires de la danse
Création Théâtre de l’Arsenic – Lausanne, 14 mars 2011
Durée Environ 2 heures
Concept, texte et performance Foofwa d’Imobilité
Lumière Jonathan O’Hear
Production Neopost Foofwa
Remerciements Murielle Perritaz, Christina Thurner, Anne-Pascale Mittaz, Sandrine Kuster, Raphaëlle Renken, Antoine Lengo
Un projet développé en collaboration avec la Plateforme de Médiation de l’AVDC et Reso – Réseau danse suisse, avec le soutien de Pro Helvetia dans le cadre de son programme Médiation culturelle.
Neopost Foofwa bénéficie d’un soutien conjoint de la Ville de Genève, de la République et Canton de Genève et de Pro Helvetia.

En savoir plus

Il est possible
que ceci vous intéresse aussi